Nos BD Coup de Coeur

Découvrez nos BD coup de cœur sur la sélection du prochain festival de Chambéry BD

Biographie de G. ORWELL

Dessin : Sébastien VERDIER
Scénario : Pierre CHRISTIN
Edition : Dargaud
Parution : juin 2019

Le 9ème art qu’est la Bande dessinée ne se contente plus de nos jours de raconter des histoires mais raconte aussi l’Histoire et ses protagonistes : écrivains, poètes, peintres, musiciens …

J’encourage donc la découverte de la biographie de G. ORWELL parue en juin 2019, dessinée par Sébastien VERDIER et écrite par Pierre CHRISTIN chez Dargaud éditeur.

Sous des traits d’une grande précision, en noir et blanc, on apprend tout de la vie du romancier, essayiste et journaliste de son vrai nom Eric Arthur BLAIR né au Bengale en 1903. L’auteur raconte d’abord son enfance au cœur de la classe moyenne de l’empire colonial Britannique. Lors de ses premières années d’enseignement, il entre dans l’école préparatoire de St CYPRIAN où il est confronté à une éducation anglaise stricte puis, il est boursier au collège d’ETON où il parfait ses connaissance littéraires par la lecture d’Aldous Huxley, Charles Dickens, Jack London, lectures à l’origine de son futur talent d’écrivain. Il entre ensuite au service de l’empire dans la police impériale Birmane en 1922 jusqu’à sa démission en 1927. Par la suite, il fraie avec la diaspora des bas-fonds de la société Parisienne et Londonienne, évènements qui sont parfaitement bien illustrés dans les dessins de la BD et qu’il narre  dans l’ouvrage « dans la dèche à Paris et à Londres » paru en 1933 avant la publication de « une histoire Birmane » en 1935 sous le pseudonyme de Georges ORWELL. Il prend ce nom en pensant au nom d’une rivière où il aime pécher. G. ORWELL se lie ensuite avec le prolétariat des mineurs et ouvriers anglais, ce qui explique sa conversion à la cause socialiste qu’il publie en 1937 dans « Le quai de Wigan ».

Cette même année, il est envoyé en Espagne par l’ILP (Independent Labour Party) et s’engage dans les rangs du POUM (Parti Ouvrier d’Unification Marxiste), une milice républicaine qui se bat pendant la guerre civile sur le front d’Aragon contre les unités fascistes de Franco. En raison de sa grande taille il est blessé dans une tranchée. Il doit alors s’enfuir en France puis en Angleterre car les leaders du POUM sont éliminés par les Staliniens du PSOE et du parti communiste espagnol. Ce combat pour la liberté en Espagne donnera lieu en 1938 à l’ouvrage « Hommage à la catalogne » dans lequel il s’insurge contre tout totalitarisme.

Pendant la seconde guerre mondiale il s’engage dans la « Home Guard » car la tuberculose dont il souffre et qui l’emportera par la suite contre-indique son engagement  dans l’armée contre l’Allemagne Hitlérienne. Pendant ses années de guerre, il écrit « la ferme des animaux » qui est une fable animalière dystopique, une satire du Stalinisme et de tout régime autoritaire.

C’est en 1948 qu’il écrit son principal ouvrage qu’il appelle 1984 en inversant les 2 derniers chiffres, un livre visionnaire qui décrit une société totalitaire qui pratique un nouveau langage la « Novlang » avec des systèmes de vidéosurveillance qui sont d’actualité aujourd’hui, « Big Brother is Washing You ».  

Dans cette BD on retrouve grâce au talent des deux auteurs toutes les étapes de cette vie si particulière et engagée, avec la participation également d’autres dessinateurs soit amis ou partenaires habituels du scénariste Pierre Christin. On retrouve d’ailleurs dans le parcours de vie de l’auteur certaines similitudes avec celui de G. Orwell, notamment une démarche journalistique identique, comme le voyage qu’a fait P. Christin dans les pays de l’Est communistes avant la chute du mur que l’on retrouve dans le scénario de « Partie de Chasse «  du dessinateur Enki Bilal, ou le voyage en Espagne à l’origine de « Les Phalanges de l’Ordre noir » du même dessinateur.

Dans plusieurs planches dessinées, on note la précision du travail du dessinateur reprenant des photographies existantes dans la littérature, par exemple le personnage le plus grand dans la caserne Lénine à Barcelone en 1937 c’est Georges Orwell et provient d’une très célèbre photo de presse de Augusti Centelles.

Dans la dernière partie de l’ouvrage on retrouve également des extraits des textes des livres de Georges Orwell, ainsi que des photos extraites du film « Brazil « de Terry Gilliam qui est aussi un film talentueux inspiré du livre « 1984 » ceci nous incite à aller plus loin que la simple lecture de la BD mais à découvrir d’autres œuvres autour de ce thème et d’autres auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.